Fiche pratique Séance axée sur le regard perpendiculaire
16435
page-template-default,page,page-id-16435,page-child,parent-pageid-26,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Regard perpendiculaire

Première visite ? Consultez notre petit disclaimer 🙂

Les exercices basés sur le « regard perpendiculaire » consistent à orienter le regard du cavalier perpendiculairement à l’axe du tracé (en ligne droite, sur des courbes, sur des barres au sol ou des obstacles). Le cavalier  n’est pas perturbé par les informations de son regard, mais recentré sur ses sensations.

Largement inspiré par Michel Robert, vous trouverez sur son site de plus amples informations !

DÉTENTE

Consignes

La détente va s’articuler autour de l’échauffement musculaire du cheval aux trois allures.

Il est important de vérifier la disponibilité de son cheval et de ne pas démarrer la séance tant que le cheval n’est pas disponible physiquement et mentalement.

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️  Disponibilité physique et mental du cheval

 

➡️  Cheval en avant et au contrôle

 

➡️  Concentration du cavalier

EXERCICE 1 : regard perpendiculaire sur une barre au sol

Consignes

Au galop, sur un doubler, le cavalier va devoir passer droit au dessus d’une barre au sol en regardant perpendiculairement à l’axe de son tracé

 

Comment faire

Le cavalier doit avoir une impression de lâcher prise, momentanément se concentrer uniquement sur lui-même et ses sensations. Isolé des informations extérieurs et parfois parasite, s’écouter !

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️  Cavalier qui maintient le regard perpendiculaire (lâcher prise)

 

➡️  Passe au milieu de la barre (respect du tracé)

 

➡️  Régularité du galop (décontraction du cavalier qui accompagne)

Variante : l’exercice peut se faire sur une ligne de barres au sol à 5,6 ou 7 foulées. En plus de la rectitude, le cavalier devra prêter attention à la régularité.

EXERCICE 2 : regard perpendiculaire dans les transitions

Consignes

 

Toujours en maintenant le regard perpendiculaire, le cavalier va passer au dessus de la barre au sol au galop, puis demander une transition descendante derrière la barre au sol.

Le but n’est pas la transition en elle même mais que le cavalier demande la transition (ferme le bassin, recule son centre de gravité) et arrive à sentir le bon moment pour la demander (cheval qui se ré-equilibre, reporte son poids vers l’arrière, « se freine »).

Le regard est perpendiculaire pour laisser le cavalier à ses sensations

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️  Fluidité de la transition

 

➡️  Bras souples, contact perméable

 

➡️  Cavalier qui recule son centre de gravité

💡  Variante : faire d’abord avec le regard « normal », notez les dysfonctionnements et comparer avec les passages « regard perpendiculaire ».

💡  Variation : le cavalier peut compter les foulées entre le passage de la barre au sol et la transition, et raccourcir ce chiffre au fil des passages ! 

EXERCICE 3 : regard perpendiculaire à l'abord d'un obstacle

Consignes

Utiliser le regard perpendiculaire à l’abord d’un obstacle, sur le planer et la réception, répétez les passages. Le cavalier va fonctionner plus instinctivement et adaptez sa position, son équilibre et son fonctionnement.

Au revoir les mouvements parasites, les déséquilibres et les anticipations, essayer !

Le regard reste perpendiculaire dans l'abord

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️   Liant (bassin, haut du corps)

 

➡️  Fixité du bas du corps

 

➡️  Décontraction dans le fonctionnement

 

➡️  Cavalier qui accompagne son cheval

💡  Variation : réaliser l’exercice sur une ligne de cavalettis ou d’obstacles type méca !

Par l’absence du regard, le cavalier doit se référer uniquement à ces sensations ! Un cavalier capable de sentir ce qu’il se passe c’est un cavalier plus à l’écoute de son cheval. Travailler sur le regard c’est aussi un formidable atout pour retrouver la souplesse et le relâchement nécessaires à un bon fonctionnement.

C’est aussi un bon outil de travail pour les cavaliers crispés ou immobilisés par la peur, notamment à l’obstacle ou dans la gestion de la vitesse.