Fiche pratique Séance de monte à cheval à cru - Horseasy
16355
page-template-default,page,page-id-16355,page-child,parent-pageid-26,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Séance à cru

Première visite ? Consultez notre petit disclaimer 😉

Monter à cru est un incontournable pour tout cavalier à la recherche de sensation ! Cette pratique a l’avantage de développer l’équilibre du cavalier et son assiette, décupler les sensations et axer sur le ressenti !

Attention ! La monte à cru peut engendré des douleurs chez le cheval. Le cheval doit être physiquement apte : correctement musclé, sans atteintes au dos. Nous vous conseillons fortement de faire la détente avec la selle, afin de limiter le temps à cru au corps de séance, avec un cheval échauffé préalablement.

DÉTENTE

La détente est d’abord générale, consacrée à l’échauffement musculaire du cheval aux trois allures, indispensable au bon déroulement de la séance.

 

Comment faire ? 

Favoriser un long temps de marche au pas, des exercices d’assouplissement comme le cercle, le huit de chiffre, la serpentine.

Veillez également à la mise en avant (pour favoriser la stabilité du cavalier) et au contrôle des allures (pour la sécurité) à travers un travail de transitions.

 

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️ Cheval réactif aux aides

 

➡️ Qualité des transitions

 

➡️ Décontraction et souplesse du cheval

 

 

EXERCICE 1 : phase d'observation

Le premier exercice est très libre, en fonction du niveau d’aisance et de confiance des cavaliers, le but est de les laisser investiguer. Demandez leur d’être attentifs à leur équilibre, à ce qu’ils sentent sous leur fesses, aux mouvements de leur jambe, de leur bassin…

 

Consignes

Si le but est de laisser les cavaliers en autonomie, vous pouvez les guider, en leur demandant d’essayer :

  • différentes allures, vitesses et cadence,
  • de varier entre ligne droite et courbes (cercles, courbes larges et serrées),
  • de varier les attitudes du cheval (rênes ajustées, rênes longues, extension d’encolure…).

 

Interrogez leur sur leur sensations : que sentent-ils sur le cercle ? Que fait leur bassin à l’allure du pas ? etc.

 

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️ Le cheval, par l’engagement du postérieur vient tendre son dos (contact perméable)

 

➡️ Bassin engagé et dans le sens du mouvement

 

➡️ Regard et buste du cavalier orientés

 

➡️ Coudes près du corps

 

➡️ Dos droit

💡 Profitez de ce moment pour faire un peu de théorie, et mettre des notions sur leur sensations. Par exemple, le mouvement des épaules du cheval par rapport à l’allure/le mouvement du postérieur intérieur sur le cercle etc.

EXERCICE 2 : stabilisation du cavalier

Consignes

Passée la phase d’observation, la monte à cru va permettre de faire travailler l’assiette ! Quelques idées (selon le niveau des cavaliers) :

  1. Effectuer des transitions inter-allures dans des zones ou en un point précis.
  2. Demander des variations dans l’allure (ex: allonger le trot sur la diagonale).
  3. Alterner ligne droite(grand côté) et cercles (en A ou C).

Comment faire ?

La recherche de l’équilibre à travers les variations d’allures ou de direction est dans l’esprit de rechercher l’image du « centaure« .

 

Le cavalier doit trouver le juste milieu entre la décontraction propre à accompagner et épouser chaque mouvement du cheval et la dynamique de la position du buste, de bassin et de ses jambes : il ne doit pas subir les mouvements mais les faire vivre !

Poussée du postérieur droit

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️ Stabilité et aisance du cavalier

 

➡️ Décontraction du cavalier dans les transitions

 

➡️ Bassin liant, cuisses au contact du cheval

 

➡️ Bras souples

💡 Attention à ce que les cavaliers ne se rattrapent pas aux rênes ! Faites leur tenir la crinière ou prévoyez une étrivière autour de l’encolure.

EXERCICE 3 : Fonctionnement du cavalier

Consignes

L’exercice final consiste à effectuer des mouvements plus avancés, afin de faire sentir directement au cavalier la locomotion du cheval.

 

Comment faire ?

 

En fonction du niveau, demander :

  • Déplacement des hanches
  • Cessions à la jambe
  • Épaules en dedans

 

Rappeler les aides du déplacement, en insistant sur le mouvement de la jambe isolée ou au centre qui doit partir de la hanche, sur l’action discontinue, et sur le bassin centré au milieu du cheval.

EED à cru

A quoi dois-je faire attention ?

 

➡️ Contact perméable et symétrique (bras souples, mains perméables)

 

➡️ Bassin liant, dans le sens du mouvement

 

➡️ Epaules et hanches d’aplomb des deux côtés (ne se penche pas)

 

➡️ Jambe isolée (se serre et desserre) à partir de la hanche

 

➡️ Dos droit

💡 Favoriser l’allure du pas, pour laisser le temps au cavalier de sentir chaque mouvement du cheval.

Quoi de plus enivrant à cru, de sentir les muscles de son cheval au galop, en symbiose totale… Une fois l’équilibre trouvée, la monte à cru favorise la confiance en soi, la prise d’assurance du cavalier. Cette pratique permet également une autre approche dans la relation au cheval !